Boursière PAPA Essoh

Essoh, Nome Rose De Lima

Nome Rose De Lima Essoh a soutenu sa thèse de Doctorat unique en Histoire culturelle à l’université Felix Houphouët Boigny d’Abidjan (Côte d’Ivoire) en 2012. Ses recherches ont porté sur le fonctionnement des entités sociales endogènes africaines, notamment celles des Odzukru, peuple lagunaire du Sud de la Côte d’Ivoire. A la suite de son recrutement en qualité d’enseignante-chercheure, au département d’Histoire de l’Université Alassane Ouattara de Boauké (Côte d’Ivoire), elle s’est orientée vers de nouvelles pistes de recherches en abordant la question du genre à travers la perception des sociétés africaines de la femme, et des mutations sociales, culturelles et religieuses des sociétés ivoiriennes. A ce titre, elle a produit et publié une dizaine d’articles scientifiques sur ces différentes thématiques. Maitre-Assistante, elle a participé également à plusieurs rencontres scientifiques nationales et internationales en France, au Benin, au Sénégal et en Côte d’Ivoire. Par ailleurs, son engagement scientifique lui donne d’intégrer les instances de gestion depuis 2013 de la revue électronique d’Histoire d’Arts et d’Archéologie dénommée Sifoè.

Projet de recherche:

Les mouvements pentecôtistes en pays odzukru: Offres et reconfiguration de l’espace religieux au Sud de la Côte d’Ivoire

Les religions classiques (catholicisme, protestantisme, harrisme) ont constitué pendant longtemps le fer de lance de l’évangélisation du Sud de la Côte d’ivoire, singulièrement du pays odzukru. Sans véritables concurrents, elles se sont approprié l’espace religieux au point d’en posséder le monopole. Mais, depuis quelques décennies, ce monopole est remis en cause par l’incursion des mouvements pentecôtistes. En effet, au début des années 80, la Côte d’Ivoire connaît un renouveau religieux sans précédent qui trouve ses origines dans la crise socio-économique qu’elle traverse à cette époque. Les difficultés sociales qu’engendre cette crise font le lit des mouvements pentecôtistes qui essaiment dans bon nombre de villes et villages du pays. Le pays odzukru, du fait de sa proximité avec Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire devient inéluctablement une zone de prédilection des missions pentecôtistes. Cette présence, tout en remodelant le paysage religieux, participe à la diversification des choix et des offres religieux. Ce remodelage pose alors un problème crucial de cohabitation entre ces différents mouvements religieux et les environnements sociologiques et culturels notamment ruraux dans lesquels se déploient ces nouvelles formes d’évangélisation. Comment les mouvements pentecôtistes sont-ils arrivés à pénétrer cet espace religieux et à le redéfinir ?  Comment s’intègrent-ils ? Quel type de relation entretiennent-ils à la fois avec les religions classiques, les entités sociales et les pratiques culturelles, fondement des sociétés rurales ? C’est à ces préoccupations que tente de répondre notre étude qui vise à analyser la capacité d’intégration des mouvements pentecôtistes dans l’univers religieux odzukru au point de bousculer les habitudes religieuses et de susciter un grand intérêt auprès des populations. Notre approche méthodologique consistera à analyser les sources orales recueillies sur le terrain lors de nos enquêtes, et la recherche documentaire, les confronter, puis en tirer les informations utiles pour répondre aux préoccupations de l’étude.

 

 

Département d’Histoire

Université Alassane Ouattara de Bouaké

BP 18 Bouaké 01

Ivory Coast

essohlima@yahoo.fr