Boursier PAPA Soré

Soré, Zakaria

Titulaire d’un doctorat unique de sociologie depuis janvier 2015, Zakaria Soré est enseignant-chercheur, Maître-Assistant au Département de sociologie de l’Université Joseph Ki-Zerbo au Burkina Faso. Premier docteur en sociologie de l’Université de Ouagadougou, ses recherches portent sur l’éducation, les mouvements sociaux et le développement de la sécurité par le bas dans le contexte de péril terroriste et de grand banditisme. Sur ces thématiques, il compte de nombreuses publications et a été membre de plusieurs projets de recherche dont, Security and fragile states – the spaces of vigilante legitimacy in Burkina Faso ; Y en a marre, Filimbi, Lucha et Balai citoyen : Consonances et dissonances de mouvements d’engagement citoyen en Afrique.

Zakaria Soré a en outre participé à de grandes rencontres scientifiques sur la problématique de la paix, de la sécurité, des mobilisations sociales et des stratégies éducatives, et animé plusieurs conférences et panels sur ces différentes thématiques. Aussi a-t-il contribué dans d’importants ouvrages collectifs, parmi lesquels, Mouvements sociaux et changements politiques en Afrique ; A Certain Amount of Madness. The Life, Politics and Legacies of Thomas Sankara ; Mobilités, circulations et frontières : mobilités et développement en Afrique.

Dans le cadre du Projet PAPA, il travaille sur le thème La résistance communautaire face à l’expansion du terrorisme dans la province du Bam (Centre-nord du Burkina Faso).

 

Projet de recherche:

La résistance communautaire face à l’expansion du terrorisme dans la province du Bam (Centre-nord du Burkina Faso)

Le Burkina Faso a connu la première attaque terroriste sur son territoire en 2015. Si à cette époque, les attaques étaient localisées dans la Région du Sahel et dirigées contre les symboles de l’État, ces derniers temps, elles se sont étendues et les populations en sont aussi devenues des cibles. Elles sont victimes d’assassinats ciblés, d’injonction de quitter leur village, et soumises à des paiements de taxes et d’allégeance. Les groupes terroristes imposent de nouvelles conduites à certaines franges de la population et interdisent certaines activités économiques. Face à cette tentative d’imposition d’un nouvel ordre sociopolitique et économique, l’État brille par son absence. En effet, l’État du fait du faible maillage sécuritaire du territoire, peine à assurer la sécurité des populations.

Dans ce contexte d’incertitude, il se développe des actions communautaires dont l’objectif est d’assurer la survie des terroirs et permettre aux populations d’y rester et de mener leurs activités. Si la violence des attaques et leur caractère disproportionné a entrainé des migrations des populations, certaines y restent et développent des stratégies de résilience. Ces stratégies vont de la ruse avec ces groupes à la formation de groupes de vigilantisme et de surveillance du territoire en passant par des actions d’éducation visant à contester la légitimité de l’ordre que tentent d’imposer les groupes terroristes et narcotrafiquants. L’objectif de cette recherche est d’arriver à saisir les stratégies et les modes d’organisation de la résistance communautaire dans la province du Bam dans le Centre-nord du Burkina Faso.

 

 

Université Joseph Ki-Zerbo

09 BP 7021 Ouagadougou 09

Burkina Faso

sorefils@gmail.com